Revue Sources

Le Chapitre Général qui s’est tenu à Rome en 2010 a commencé un processus de reconfiguration ou de «restructuration» de l’Ordre et cela a continué avec le Chapitre Général de Trogir en 2013.

La principale raison pour cette restructuration était la prise de conscience que dans beaucoup d’entités de l’Ordre les Provinces, les Vice-provinces, les Vicariats généraux, les Vicariat régionaux, les Vicariats provinciaux les structures de gouvernement, d’administration, et de formation étaient devenues beaucoup trop lourdes pour les ressources de ces entités. Ces chapitres ont noté qu’en certains endroits la vie commune et la prédication apostolique de l’Ordre étaient entravées plutôt qu’aidées par les efforts visant à maintenir et à utiliser les structures de gouvernement, de l’administration et de la formation qui étaient tout simplement trop grandes.

Une autre raison pour laquelle ce processus a commencé était que l’autonomie et la subsidiarité, qui sont appréciées dans le gouvernement dominicain, avaient été respectées au point que certains vicariats, qui avaient besoin d’une relation étroite et d’un appui solide de la part d’une Province ou de l’Ordre, ne recevaient pas l’aide dont ils avaient besoin. Cela ne venait pas de la négligence ou de l’indifférence, mais d’un désir de respecter leur propre autonomie et de leur permettre de se gouverner eux-mêmes. Mais les ressources n’étaient plus suffisantes pour cela: nombre de frères plus restreint, âge plus élevé, engagements plus importants. De nombreuses entités n’ont pas augmenté aussi rapidement ou aussi fortement que ce qui était espéré quand elles ont été établies.

Restructurer pour favoriser la prédication

Le but de la restructuration est par conséquent «de promouvoir la mission apostolique et l’observance régulière des frères» (Chapitre de Rome 2010 no 201). Le processus devrait être complété par le Chapitre Général de Bologne en 2016. À cette date, il y aura dans l’Ordre uniquement des Provinces, des Viceprovinces et des couvents ou des maisons sous la juridiction directe du Maître de l’Ordre. Les Provinces pourront aussi avoir des Vicariats, de même que des couvents ou des maisons individuelles hors de leur territoire. Ce ne seront plus des Vicariats régionaux ou des Vicariats généraux.

Il est important de souligner que ce processus est destiné à servir la vie et le ministère de l’Ordre, pour le rendre plus flexible et réactif aux besoins des régions particulières et pour libérer les frères afin qu’ils puissent donner leur temps et leur énergie à la construction de la fraternité et à la prédication de la Parole.

En Russie et en Ukraine

A l’est du continent, l’ancien Vicariat Général des Etats baltes a été incorporée à la Province de France. Il est devenu maintenant un «secteur» au sein de la mission de cette Province. Le Vicariat général de Russie et d’Ukraine va également cesser d’exister. Le couvent de Saint-Pétersbourg deviendra un couvent de la Province de la Pologne

hors de son territoire, tandis que les communautés et les frères en Ukraine seront incorporés à la Province de Pologne qui établira un Vicariat provincial dans ce pays.

En Belgique

A l’ouest de l’Europe, le Vicariat général de Belgique Sud est devenu ViceProvince. Un processus d’unification est engagé avec la Province voisine de Flandres qui compte un petit nombre de frères dont la moyenne d’âge est très élevée. On l’espère que ce regroupement permettra de renforcer et renouveler la vie et la mission de l’Ordre dans l’ensemble de la Belgique.

En Hongrie

Le quatrième Vicariat général en Europe est celui de Hongrie. C’est une des plus anciennes entités de l’Ordre, mais qui ne compte actuellement qu’un petit nombre de frères et de communautés. Les frères de ce Vicariat travaillent avec une Province européenne dont ils reçoivent de l’aide.

En Hispanie

Au sud-ouest de l’Europe le processus d’unification des Provinces en Espagne atteint son apogée. Les trois Provinces d’Espagne, d’Aragon et de la Bétique seront supprimées et une nouvelle Province d’Hispania sera érigée par le

Maître de l’Ordre au début de 2016. Les frères de ces trois Provinces ont travaillé en étroite collaboration depuis de nombreuses années. Le processus de formation est unifié depuis longtemps et une collaboration substantielle d’engagements apostoliques, de gouvernement et d’administration est déjà une réalité.

La Province du Portugal et le Vicariat espagnol de la Province du Saint-Rosaire ont décidé de rester hors de ce processus d’unification. De toute évidence, ils auront des relations étroites avec la nouvelle Province d’Hispania.

Et ailleurs…

Telles sont les principales évolutions en Europe depuis 2010. Il existe d’autres endroits en Europe où se renforcent les relations entre les Provinces. Des collaborations qui n’ont pas l’urgence de celles évoquées plus haut, mais qui sont malgré tout de grande importance.

La Province d’Angleterre travaille en étroite collaboration avec la Province des Pays-Bas, en particulier dans le domaine de la formation. La province de France travaille en étroite collaboration avec la Province de Suisse dans le domaine de la formation. Il existe d’étroites relations entre la Province de France et celle de Toulouse, entre celle

de Bohême et celle de Slovaquie, entre la Teutonia et la Province d’Allemagne du sud et d’Autriche. En Italie, les Provinces collaborent de diverses façons, notamment dans la formation et disposent d’un noviciat commun à Madonna dell’Arco.

Deux autres aspects de la reconfiguration de l’Ordre sont importants pour l’Europe dans la mesure où elles vont au-delà de ses frontières. L’une est la restructuration des fonds de solidarité de l’Ordre qui sont maintenant inté- grés et gérés par l’organisme Spem Miram Internationalis. L’autre est la restructuration des couvents et des institutions relevant de la juridiction di- recte du Maître de l’Ordre. Toutes ces institutions sont en cours d’examen : leurs statuts sont en révision, de nouvelles assignations sont prévues. Dans certains cas, tels que l’Ecole Biblique et l’Angelicum, une restructuration plus radicale se déroule.

Conclusion

Alors que beaucoup des collaborations entre les Provinces européennes ne comportent pas de restructuration au sens strict, elles demeurent dans l’esprit des Chapitres Généraux de Rome et Trogir: «Y a-t-il des façons dont nous pouvons rationaliser les structures de l’Ordre, au sein des provinces et entre les provinces, de manière à libérer les frères pour la mission?». Le souci d’efficacité ou la tendance à la centralisation ne sont pas nécessairement de bonnes choses pour nous, mais nuisent aux valeurs essentielles de notre forme de gouvernement et aux relations entre les Provinces. Il est donc essentiel de garder clairement à l’esprit la volonté des récents Chapitres Généraux qui propose de renforcer notre communion fraternelle et notre mission apostolique. Y a-t-il encore d’autres moyens par lesquels nous pouvons agir afin de satisfaire ce désir?


Le frère dominicain Vivian Boland, d’origine irlandaise, est assistant du Maître de l’Ordre des Prêcheurs et réside au couvent SteSabine à Rome.

 

Afficher les commentaires

Il n’y a aucun commentaire pour l’instant.

Article suivant