Revue Sources

Il y a deux ans, j’ai traversé une période d’arrêt de travail complet, suite à une situation pastorale qui a failli me démolir. Deux choses m’ont tenu debout: la prière et la construction, avec l’aide d’un ami, d’un blog qui regroupe, entre autres billets, les homélies que mes paroissiens demandaient à relire chaque dimanche. Le temps que j’avais à disposition m’a permis de me former dans ce domaine.

Pendant cette période, je suis devenu également grand utilisateur du réseau social Facebook. Une thérapie comme une autre dont je ne suis pas encore sevré, mais qui m’a conduit bien plus loin que je ne le croyais au départ. On peut utiliser ce réseau d’amis de manière ludique. Mais on peut aussi évangéliser ce lieu. C’est le pari que je me suis fait. J’ai donc relié mon blog à Facebook, puis à Twitter; ce qui a donné une toute nouvelle audience à mes modestes homélies paroissiales.

Pari gagné

Comme j’étais comédien et animateur de radio avant d’être appelé à la prêtrise, j’ai quantité d’amis du monde artistique et médiatique sur ces réseaux. Ces personnes sont souvent en rupture profonde avec l’Eglise. Peu à peu, je me suis aperçu que mes amis lisaient mes homélies, puis les commentaient. Ils ne l’auraient jamais fait sans ce support. Certains n’avaient même jamais lu un verset d’évangile. Plusieurs découvrent ainsi le Christ et aiment son message. Ces personnes dialoguent régulièrement avec moi, malgré les centaines, voire les milliers de kilomètres qui nous séparent et font de spectaculaires retours à la Foi.

Pari gagné!

Evangéliser très simplement, c’est aussi le pari de mes deux initiatives suivantes: l’Evangile à l’Ecran et les mini-homélies quotidiennes que je publie sur Twitter. En 140 caractères, on est forcé d’aller à l’essentiel. Et l’essentiel, c’est le message du Christ. Au fond, toutes les homélies disent toujours « Aimez-vous les uns les autres; aime ton prochain comme toi-même…« . Comme le disait un message récent sur Facebook : “une théologie qui n’inciterait pas à aimer devrait être sérieusement remise en question ».

Drôles de paroissiens

Oui, mais voilà, évangéliser via Internet prend du temps! Au moment où je remettais en question le temps passé devant l’écran, un confrère m’a rassuré: « Des milliers de personnes lisent tes messages par ce biais, te suivent et réagissent, c’est une véritable paroisse! Continue! »

Aujourd’hui, je consacre environ une heure par jour à ces drôles de paroissiens. Ils me le rendent bien. Cela m’a valu de vraies rencontres en chair et en os. Et beaucoup d’émotions aussi lorsque des personnes m’avouent avoir à nouveau passé la porte d’une église suite à mes pauvres mots.

Prêtre, je crois fondamentalement que la joie de l’Evangile doit passer aussi par Internet, un autre don de Dieu. Ce credo-là m’a reconstruit, et redonné l’énergie pour témoigner du Christ.


L'abbé Vincent Lafargue

L’abbé Vincent Lafargue

Vincent Lafargue est un jeune prêtre actif sur Internet. Son site personnel (www.ab20100.ch) rassemble ses homélies, mais aussi différentes initiatives au rayonnement croissant. Avant de se diffuser au travers des voies virtuelles, sa parole résonne au cœur des montagnes valaisannes, dans les paroisses du secteur de Lens.

 

Afficher les commentaires

Il n’y a aucun commentaire pour l’instant.

Article suivant